Fragment Nietzschéen #7 De l’utilité du mal et de la douleur

Pour Freddie Merc…Nietzsche, le mal a une raison d’être : voyant la société comme un ensemble d’individus qui œuvrent dans le sens de la vie et de la survie de l’espèce, d’où l’instinct de troupeau d’ailleurs et sa nécessité pour Nietzsche pour que cela soit la règle malgré les exceptions, le mal permet aussi de tenir l’homme sur ses gardes.

Ainsi, comme le dit Alana Bloom dans l’excellente série Hannibal « It also needs a few psychopaths to keep us on our toes ».

Au-delà du mal, il interroge aussi la douleur. Nietzsche fut souffrant pour la plupart de sa vie, s’éteignant prématurément après une vie de dur labeur intellectuel. Pourtant, l’auteur ne cherchait pas la paix intérieure, l’ascèse, le stoïcisme. Il disait ainsi que la science ne devrait jamais supprimer la douleur entièrement, car sinon, plus de bonheur.

Plus généralement, cela signifie que la suppression des émotions négatives et leur dénigrement, finit par éteindre tous les feux qui s’animent en nous. Éloge de la vulnérabilité ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *